frtoen frtoes frtoit

TD2 Jardin des nuages, chantier semaine 3

TD2 Jardin des nuages, chantier semaine 3

Les arbres sont plantés au 37eme étage de la tour. Le travail des sols en schiste démarre...

La grue va être démontée.

Architectes ABTS, Paysagistes: Coloco et Silva Landscaping, Entreprises: GTM et Groupe Voisin 

lien permanent

Workshop Incontro del terzo luogo :: Coloco et Gilles Clément :: Lecce - Italie

Workshop Incontro del terzo luogo :: Coloco et Gilles Clément :: Lecce - Italie

ASFALTO MON AMOUR!

Le groupe qui travaille sur le parking des Manufacture Knos coordonné par Michele Loiacono (Labuat), Roberto Covolo (ExFadda) et Pablo et Miguel de Coloco affrontera trois sujets émergés par les sessions précédentes: gestion, mobilité et création collective.

Nous continuerons à enlever parts d'asphalte et à arracher bouts de parking pour laisser place au jardin qui viendra.

Quel équilibre nous pouvons atteindre entre la nécessaire mobilité automobile et l'espoir de transformer le parking en jardin?

En cours d'activation cette semaine à la Manifatture KNOS, à suivre...

 


www.manifattureknos.org

lien permanent

SPP-140406-CLC-fly-session2-light-1

lien permanent

Expédition Naturaliste de proximité :: EPISODE 1 :: BOURGEONNER

Expédition Naturaliste de proximité :: EPISODE 1 :: BOURGEONNER

Les itinérances s’inscrivent dans un mouvement d’oscillation entre La Panacée et l’espace public de Montpellier. Après avoir ancré une installation permettant de s’installer et de pratiquer autrement le patio de La Panacée avec « Hitokire », Coloco enrichit le jardin au travers des « itinérances » qui vont partager l’exploration de la ville avec des observatoires naturalistes mobiles …


Avec la collaboration de la Direction Paysage et Biodiversité de la Ville de Montpellier.

lien permanent

Jardin des Nuages

Jardin des Nuages
Jardin en construction au sommet de la tour

Architectes AABTS, Paysagistes: coloco+silva landscaping, La Defense

lien permanent

D'ailleurs vous êtes d'ici ? :: Chantier n°2

D'ailleurs vous êtes d'ici ? :: Chantier n°2

lien permanent

coloco en résidence à Chamarande

lien permanent

D'ailleurs vous êtes ici? :: Invitation Chantier collectif

D'ailleurs vous êtes ici? :: Invitation Chantier collectif

lien permanent

Jardin des nuages Tour D2

Jardin des nuages Tour D2

Les nuages et la brume sont au rendez vous, le jardin encore à construire,

Les arbres seront grutés au 37 eme étage en mars....

Architectes AABTS, Paysagistes: coloco+silva landscaping, La Defense

lien permanent

MONTPELLIER :: Mise en oeuvre des Trames Vertes / Chantier

MONTPELLIER :: Mise en oeuvre des Trames Vertes / Chantier

lien permanent

Square papa poule :: action !

lien permanent

Livraison du Cours d'Aubervilliers

Livraison du Cours d'Aubervilliers

Architecte mandataire: Richez associés ///  Paysage: Coloco  ///  Bureaux d'études: CotebaIngerop    

//// Livré ////

Station de Tram T3/ Rosa PARKS

lien permanent

Poètes, vos chantiers !@ Le Monde Culture et Idées

LE MONDE CULTURE ET IDEES | 24.10.2013 

Par Stéphanie Lemoine

 

Cernée de palissades, la zone d'aménagement concerté (ZAC) du Plateau, à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne), pourrait presque passer pour un chantier banal. Depuis 2007, Stefan Shankland, artiste plasticien, y accompagne la construction d'un millier de logements au gré d'une « recherche-action », financée par la mairie et déployée sur dix ans. L'idée ? « Intégrer l'art à la ville en transformation » grâce à la mise en oeuvre d'un projet HQAC, « haute qualité artistique et culturelle ».

Le projet, baptisé Trans305, a pour vocation d'ouvrir le chantier au public à l'occasion de performances, d'expositions ou de visites guidées. L'installation de panneaux d'information en bordure du site - obligation

réglementaire pour l'aménageur - devient ainsi l'objet d'un travail avec un graphiste et des étudiants en art, à l'issue duquel les « signes » créés ont été inaugurés publiquement.

 

APPROCHE TRANSDISCIPLINAIRE

L'an dernier, un atelier pensé comme un incubateur a également été aménagé en lisière de la ZAC par le collectif d'architectes YA + K (prononcer « y a plus qu'à »). D'avril à juin, ce lieu a accueilli plusieurs ateliers invitant artistes, riverains ou apprentis designers à concevoir des prototypes de mobilier urbain. « Stefan permet aux ouvriers, aux promoteurs, aux riverains, aux travailleurs sociaux, de se rencontrer et d'évoluer dans leur pratique, explique Etienne Delprat, de YA + K. C'est dans cette relation que les choses se jouent. » La démarche de Stefan Shankland n'est pas isolée. A l'Ile-Saint-Denis

(Seine-Saint-Denis), Bellastock mène un projet comparable sur le chantier de l'écoquartier fluvial. Ce jeune collectif d'architectes fabrique, sur le site, des prototypes de mobilier urbain à partir de matériaux issus de la démolition. Comme eux, un nombre croissant de collectifs et d'artistes ont fait de la ville leur espace de création. Certains sont architectes, paysagistes ou designers. D'autres viennent du théâtre de rue ou des beaux-arts. Les plus jeunes n'ont pas 30 ans. Ils forment une nébuleuse aux contours flous,

mais dont les acteurs se connaissent et s'associent au fil des projets. Tous revendiquent une approche transdisciplinaire de leur pratique et plaident pour que la création soit davantage associée à l'aménagement du territoire.

 

LE RAPPORT ENTRE ART ET TERRITOIRE

A priori, une telle revendication n'a rien de très neuf : que ce soit avec la commande publique, le théâtre de rue ou même le street art, la culture a toujours investi l'espace urbain. Mais chez ces créatifs, c'est l'aménagement lui-même, entendu comme processus de transformation d'un espace, qui forme le sujet et le matériau de l'oeuvre. Il ouvre sur des événements ou des réalisations, souvent éphémères, dont l'enjeu est d'accompagner la requalification d'une friche industrielle, la rénovation d'un quartier dans le cadre de l'Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU) ou l'aménagement d'un espace public. L'intervention consiste alors à préfigurer le projet urbain et à occuper l'intervalle qui le sépare de sa mise

en oeuvre... « Il s'agit de questionner ce que l'art fait au territoire, mais aussi ce que le territoire fait à l'art », résume Maud Le Floc'h, urbaniste scénographe et directrice du pOlau - pôle des arts urbains - une résidence artistique tourangelle se consacrant aux liens entre création et urbanisme.

« Questionner ce que l'art fait au territoire » revient évidemment à mettre en question la façon dont la ville s'élabore. Les interventions dans l'espace urbain tournent le dos à un demi-siècle d'urbanisme fonctionnel et de rationalité technique, auxquels elles opposent l'inventivité, le partage, l'exploration sensible et la subjectivité. Depuis 2003, Laurent Petit, ingénieur venu sur le tard au théâtre de rue, s'attache à « psychanalyser » les villes dans le cadre de l'ANPU - « Agence nationale de psychanalyse

urbaine ». Après avoir couché les habitants sur le divan, il livre son diagnostic au gré de performances potaches, si possible en présence des élus, où l'identification d'un PNSU (« point névro-stratégique urbain ») conduit à l'élaboration d'un TRU (« traitement radical urbain ») pouvant prendre la forme des ZOB (« zones d'occupation bucolique »). Pour l'artiste, ces pseudo-conférences conduisent à porter un tout autre regard sur la ville : « On ne gère pas un territoire avec des règles de trois, explique-t-il. Nos interventions sont un outil poétique qui permet d'insuffler au projet urbain un peu d'enchantement, de poésie et d'irrationnel. »

 

"PLAISIR DE FAIRE"

L'intervention in situ est aussi un moyen de revendiquer une participation aux dynamiques de transformation urbaine, et d'en disputer l'expertise à une poignée d'élus et d'urbanistes. D'où le caractère collectif et parfois participatif des projets. Les artistes, architectes et designers évoqués ont en commun le refus des hiérarchies - ce dont atteste l'organisation en collectifs, avec ce qu'elle suppose d'horizontalité. « Dans les années 1960, le collectif voulait prendre le pouvoir, rappelle l'architecte Patrick Bouchain, inspirateur de nombre de ces démarches. Aujourd'hui, il s'envisage davantage comme une délégation du politique et pointe la crise de la démocratie représentative. » La plupart se gardent cependant de politiser leur démarche. « Nous sommes une génération qui ne croit plus au politique, résume Etienne Delprat. On est plutôt dans le plaisir de faire. »

En privilégiant le « faire », les artistes, architectes ou paysagistes engagés dans l'accompagnement des mutations urbaines mettent en cause leurs routines professionnelles. Ils revendiquent le droit de se mettre dans la position de l'usager, d'essayer, de se tromper, de recommencer, d'où leur

intérêt pour les micro-architectures, la récupération, le « do-it-yourself » (« fais-le toi-même »), l'éphémère. En cela, ils sont les héritiers de Patrick Bouchain ou de Lucien Kroll, et perpétuent l'idée d'une architecture qui s'invente au fil des discussions avec les usagers, sans plan prédéfini. « Nous ne sommes pas contre les méthodes classiques de la maîtrise d'oeuvre, mais nous en inventons de nouvelles », résume Miguel Georgieff, du collectif de paysagistes et d'architectes Coloco

.

DIMENSION RÉSOLUMENT EXPÉRIMENTALE

Leur dimension résolument expérimentale pourrait expliquer que ce type de démarche soit de plus en plus souvent appelé en renfort du politique, a fortiori dans les contextes dits « sensibles ». Pour requalifier le centre-ville mal cousu de Vitrolles (Bouches-du-Rhône) et flouter au passage l'image catastrophique dont la commune pâtit depuis qu'elle a servi de laboratoire au FN, le maire socialiste Loïc Gachon s'est associé à Gabi Farage, membre récemment disparu du collectif de création Bruit du frigo. Ce dernier a

conçu un vaste projet de développement culturel : « Vitrolles échangeur ». Dans ce cadre, quatre collectifs d'architectes ont été invités à intervenir dans divers lieux stratégiques de la ville. Au mois de juin dernier, eXYZT a ainsi installé une « oasis urbaine » derrière la mairie, pendant qu'Etc réaménageait la gare routière, y créant notamment un manège en bois. Pour Loïc Gachon, l'expérience a d'abord un intérêt opérationnel : « Cela permet de tester, d'expérimenter et de préfigurer des aménagements urbains plus pérennes, s'enthousiasme-t-il. Le tout pour un budget limité."

 

« RÉPARER » LA VILLE

Les collectifs engagés dans les transformations urbaines ont en effet l'avantage d'être peu chers, d'autant moins qu'ils privilégient le recyclage des matériaux et savent mobiliser nombre de bénévoles. Un atout précieux dans un contexte de crise. Surtout, ils ouvrent un espace de médiation appréciable quand les recettes habituelles ne fonctionnent plus. « Il arrive qu'on nous appelle quand l'ANRU a échoué », explique Claire Bonnet, du collectif d'architectes les Saprophytes. Confier aux artistes et aux créatifs le soin de « réparer » la ville a pourtant ses limites. Car, quelles que soient leurs vertus, ces initiatives ne peuvent se substituer à une véritable politique de rénovation urbaine.

Stéphanie Lemoine

 

Pour aller plus loin

À VOIR

« SIMONE ET LUCIEN UNE ARCHITECTURE HABITÉE

Au Lieu unique, 2, quai Ferdinand-Favre, Nantes. Du mardi au

samedi, de 14 heures à 19 heures; dimanche, de 15 heures

à 19 heures. Entrée libre. Jusqu’au 1er décembre.

À LIRE

« LA VILLE SUR LE DIVAN. INTRODUCTION À LA

PSYCHANALYSE URBAINE DU MONDE ENTIER »

de Laurent Petit (Editions La contre allée, 320 p., 20 !).

 

« FERTILES MOBILES. CULTIVER ENSEMBLE L'ESPACE PUBLIC

de Coloco (Tout contre éditions, 2012).»

lien permanent

Action@Manifatture KNOS :: Lecce

Action@Manifatture KNOS :: Lecce

Quelques visions des premières interventions qui ont réuni les participants du workshop "Terzo paesaggio, terzo Luogo" à Lecce. Une prémice des interventions liées à l'indécision des espaces en mutation, où ont convergé les idées pour un projet qui s'installe dans le temps. Un jardin est né, il grandira avec le groupe de jardiniers de Knos et avec le temps avec un #4 Workshop en avril prochain.

Un film, une édition et une itinérance jusqu'à la biennale de Venise 2014 sont en projet...

Photos : Danilo Capasso

lien permanent

Publication de "Biodiversité, pour une approche multiforme"

Publication de "Biodiversité, pour une approche multiforme"

Suite aux différentes recherches et actions de Coloco avec la Communauté d'Agglomération des Lacs de l'Essonne et le développement de la Planification Ecologique sur le territoire, Bruno Leprince édite un ouvrage collectif qui rassemble les contributions.

Des politiques aux chercheurs du Muséum, de l'Ecole du Paysage aux interventions de différents bureaux d'etude, la convergence des objectifs écologiques sur tous les domaines de gestion et de transformation du territoire opère ici depuis quelques années.

Ces expériences sont racontées dans cet ouvrage...

Pour plus d'infos : www.graffic.fr

lien permanent

Les lacs de l'Essonne :: Le PIIT en action

Les lacs de l'Essonne :: Le PIIT en action

Le Peloton Informel d'Investigation du territoire s'est déployé le dimanche 30 juin à l'occasion de la fête des lacs sur le territoire de la communauté d'agglomération des lacs de l'Essonne.

Un atelier in situ a eu lieu pour questionner les différents espaces de la place francois Mitterrand puis une balade à la découverte des différentes entités paysagères du territoire. 

Une occasion aussi de tester directement les continuités écologiques et de commencer à réfléchir sur l'application des liaisons douces.

 

Un projet mené en lien avec les habitants, les associations, les techniciens et la communauté d'agglomération.

 

A suivre...

lien permanent

Route de Toulouse :: Un nouveau quartier autour du tram

Route de Toulouse :: Un nouveau quartier autour du tram

Associés à l'Office for Metropolitan Architecture - Egis - Elioth, Coloco s'est vu confier la mission pour l'élaboration du projet urbain de cette proposition issue des 50 000 logements.

Un accord cadre sur 5 ans vient de démarrer, et prévoit le réaménagement des secteurs Labro, Terres-sud, Aristide Briand, et Pont de la Maye.

lien permanent

Le jardin nomade à Cergy

Le jardin nomade à Cergy

Le musée du Quai Branly et l'agglomération de Cergy Pontoise ont commandé à Coloco ce jardin temporaire, signal et lieu de rendez vous des "Ateliers nomades".

Il est crée en 24 heures par 10 jardiniers constructeurs du collectif.

Adopté par les habitants et voyageurs, il restera en place un mois de plus.

lien permanent

FERTILES MOBILES : "Place à la Fête" :: EK publie Jardin DeMain

FERTILES MOBILES : "Place à la Fête" :: EK publie Jardin DeMain

QUE LE CHANTIER SOIT FÊTE :

"Depuis quelques années les concepteurs utilisent le temps de construction pour créer l'évènement, et les failles juridiques pour verdir la ville. Inventaire des techniques qui font du paysage l'affaire de tous."

Charlotte Fauve

Ecologik

Coloco publie Fertiles Mobiles


lien permanent

lien permanent

pages (1) 2 3 4 5 6
nombre de pages visitées: 2 399 001